L’excursion

Ils ont voulu se réfugier dans le calme de la nature. Ils ont grimpé sur des cailloux à flanc de montagne, ils ont enjambé les anciennes voies romaines et ils sont tombés nez à nez face aux cavernes. Les vieilles maisons de la montagne aux façades polies par le vent et la pluie, aux murs éboulés.

Ils ont glissé sur les marches lisses des nombreux passages, mais une fois arrivés au sommet : la foule.

Du soleil

Dans la maison, le bois gorgé d’humidité automnale craque sous l’effet du soleil. Le ciel est bleu, dégagé des derniers nuages qui l’encombraient. Les rais de lumière dessinent des ombres franches.

Hormis ces bruits indistincts, l’appartement est calme, immobile dans l’attente de son propriétaire.

L’impatience des corps

L’impatience des corps nus, ils veulent s’absorber tout entiers.

Des heures d’attente fébrile pour pouvoir se toucher.

Langue humide contre langue, vouloir goûter le sel de la peau dans l’effort.

Il attend à la gare, le sourire dans les yeux. Cette retenue en public, hors le regard amoureux.

L’étreinte forte, impatiente. Un premier baiser encore et encore.

Photo by Giuseppe Argenziano on Unsplash

Pesanteur

À nouveau, il connaît ce poids sur l’estomac, signe d’angoisse. On lui demande de faire quelque chose qu’il ne veut pas. C’est toujours pareil.

Il commence un nouveau boulot qui l’emballe, il prend ses marques, il donne satisfaction jusqu’à ce que les tâches cachées se révèlent. Elles le rongent. Il sait qu’il ne veut pas les faire et freine autant qu’il peut, mais cette résistance est en elle-même source d’angoisse. Il ne sait pas comment s’en sortir.

Les idées sombres se drapent autour de lui. Il faut prendre une décision, sans quoi elles vont l’engloutir.

Photo by Ali Yahya on Unsplash

Brouillard

Matin dans la brume, on ne voit pas à cinq mètres. Le nuage blanc stagne au-dessus des routes, au-dessus de la terre. Les toits des maisons dépassent comme de petits chapiteaux pointus. Bientôt l’hiver mystérieux, en attendant les feuilles rouges restent encore accrochées à leurs branches.

Le jour se lève, mais il reste sombre.

Photo by Virginie Laune on Unsplash

L’officier

Ils ont constitué un groupe de combat : que des bleus désireux de se plonger dans la bataille. L’officier est mal rasé, il a le regard fatigué. Il sait déjà que l’opération est vaine et qu’ils vont tous crever. Il essaye de ne rien en laisser paraître. Cinq ans de guerre, il est usé jusqu’à l’os. Lors de sa dernière permission, lorsqu’il est rentré dans son premier bain depuis des lustres, il a envisagé un instant de s’y noyer.

Il est pourtant revenu, petit pion que l’État Major vient de décider de sacrifier.

Photo by Duncan Kidd on Unsplash

Un réveil

Elle s’est réveillée avant lui, la lumière du jour baigne la chambre.

Elle l’attend. Elle se force à ne pas trop bouger pour ne pas le réveiller. Toutes les nuits qu’ils passent ensemble, il tombe comme une pierre et pourrait faire un tour de cadrant.

Au bout d’un moment, lassée de prendre son mal en patience, elle attrape un livre pour lire tout contre lui. Elle se presse contre son corps chaud. C’est comme si elle ressentait le besoin de le toucher à chaque instant. Une caresse, une étreinte, un baiser, une jambe posée sur son genou. N’importe quoi qui maintienne le contact, comme s’il lui manquait quelque chose quand leurs peaux ne se touchent pas.

Photo by Annie Spratt on Unsplash