La vieille dame

Jeannine a le dos voûté. Chacun de ses mouvements a une répercussion douloureuse quelque part dans son corps, mais elle a appris à l’ignorer. Elle marche, petits pas par petits pas dans sa maison et son jardin.

Une fois par semaine, elle sort dans le village pour se ravitailler, mais cela prend toujours des heures. Elle traîne derrière elle son caddie à roulettes, qui lui tire sur le bras. Jeannine a toujours détesté sortir. Elle n’est pas sociable et préfère le silence de sa petite maison. Les amis qui lui restent sont loin. Ils s’envoient, de temps en temps, des nouvelles, mais ils n’ont plus l’énergie de venir la voir.

Jeannine a toujours vécu seule et n’a pas d’enfant. La solitude ne lui a jamais pesé, elle préfère limiter au maximum ses interactions avec le monde extérieur. Dans l’isolement de sa retraite, elle a tout le loisir de penser.

Photo by Erda Estremera on Unsplash

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.