Intimatopia #17 – Maison et enfants

Lire les épisodes précédents

Du coin de l’œil, Constance observait tout le monde. Quinze personnes c’était à la fois peu et beaucoup. Peu parce que l’on était tout de même obligé de se côtoyer au quotidien et de partager des activités ensembles, mais beaucoup parce que si l’on n’y prenait pas garde, on était amené à passer le séjour entier à avoir des discussions de fond avec les mêmes personnes.

 La maison avait bien changé depuis le premier Intimatopia. À l’époque Lulu et Ben, qui ne roulaient pas sur l’or, avaient fait l’acquisition d’une maison à rénover entièrement et le prétexte de la semaine avait également été de faire des travaux. De la première année il n’y avait finalement que Constance, Bastien, Anne et Hélène qui étaient revenus avec régularité tous les ans. Un rendez-vous immanquable, qui nourrissait leurs vies et dont ils pouvaient tous dire avec certitude ce qu’il leur avait apporté. Depuis cinq ans ils s’étaient tous embourgeoisés. La maison avait gagné en confort et certains de ceux qui avaient contribué à fonder le premier Intimatopia avaient construit une vie de famille confortable et mis l’art dans un coin de leur vie qu’ils n’allaient plus souvent interroger. À l’époque les seules pièces vraiment terminées par Lulu et Ben étaient la cuisine et leur chambre. Le grand salon était constitué de vieux meubles récupérés chez les uns et les autres et les murs pas encore tapissés laissaient voir les défauts du plâtre. Les ampoules étaient à nu dans toutes les pièces et la robinetterie de la salle de bain laissait à désirer. Mais déjà la maison montrait l’étendue de son potentiel. On s’y sentait bien, il y avait comme une chaleur qui se dégageait des murs, des poutres, des petites cachettes de cette maison biscornue et pleine de charme. Il y avait cinq chambres et un grand dortoir, chaque chambre patiemment rénovée par Ben et Lulu. Quand ils avaient fait l’acquisition de cette maison, ils avaient bien sûr pensé à leur future famille. Des enfants devaient peupler les espaces de leurs cris et de leurs rires. Mais dès le début, ils avaient aussi perçu cette maison comme l’opportunité incroyable de garder près d’eux leurs amis, de créer un havre où ils seraient toujours les bienvenus, comme pour repousser la vieillesse. Vivre en communauté aussi bien à 30 ans qu’à 60. C’était leur projet. Aujourd’hui le projet était à moitié accompli seulement. La maison n’avait pas empêché l’éloignement de certains amis, et surtout, aucun enfant ne courait encore dans cette maison. Constance était profondément désolée pour Lulu et Ben. Elle savait combien cela avait fait partie de leur plan et combien l’absence les rongeait. Elle avait du mal à imaginer ce qu’ils pouvaient ressentir précisément puisqu’elle n’avait jamais connu ce désir profond et déçu, mais elle savait que c’était la tumeur de leur couple qui les dévorait.

 Ne pouvant satisfaire leur désir d’enfant, ils avaient mis toute leur énergie dans la maison, bricolant, décorant, aménageant pour offrir à leurs invités tout le confort possible. Les amis les plus proches, dont Constance faisait partie, avaient leur chambre attitrée. Lulu avait même demandé à Constance son avis pour la décoration de sa chambre. Dans cette chambre, Constance y avait emmené plusieurs hommes. Des hommes qu’elle avait aimé passionnément, d’autres un peu moins, certains en qui elle avait vu celui qu’il lui fallait et qui allait conjurer le mauvais sort de sa vie amoureuse. Entre ceux-là, celui qui avait duré le plus longtemps était Gabin. Elle était heureuse d’avoir rompu avec Aymeric avant l’achat de cette maison. Elle savait que s’il avait marqué la chambre de sa présence elle ne s’y serait pas sentie aussi bien.

***à suivre***

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.